Quitter la tyrannie du smartphone

Fabien - Carrément décalé
5 min readNov 8, 2023

Il y a quelques jours, j’ai dû acheter un nouveau smartphone. C’est amusant de devoir s’acheter un smartphone. La plupart des gens normaux aiment faire une telle acquisition.

J’étais plutôt fier de moi. J’allais atteindre les 4 ans sans avoir renouvelé mon téléphone.

Oui, je suis rentré dans une guerre contre le consumérisme du smartphone et par le smartphone.

Cela fait quelques années que je tente de sortir de la dépendance aux produits phares d’Apple et de Samsung. Je sais qu’il est possible, avec les bonnes méthodes, de sortir de l’addiction à son téléphone portable.

Ne plus en être dépendant est une autre histoire.

J’ai tenté plusieurs fois de m’en débarrasser complètement, sans succès. Il y a toujours une application dont j’ai absolument besoin.

À moins de transporter un sac de dix kilos contenant un appareil photo, un GPS obsolète, un modem portatif et un téléphone classique, il m’est actuellement impossible de le laisser complètement de côté.

Essaye donc de le ranger dans un tiroir pendant quelques jours.

Tu peux te poser la question : pourquoi une personne censée voudrait-elle abandonner l’usage du téléphone intelligent en 2023 ?

J’ai plusieurs raisons à cela.

Sur mon smartphone il y a toujours une nouvelle application pour capter mon attention. Je découvre le site Medium.com et me voilà sur l’application dédiée à surveiller les moindres notifications ou variations dans les statistiques.

Attraper son téléphone pour éviter l’ennui est devenu un réflexe incontrôlé.

Il y a quelques semaines, nous étions dans une rame de métro avec mon épouse. Elle a soudain attiré mon attention sur le fait que la quasi-totalité des passagers autour de nous avait les yeux rivés sur son smartphone.

Combien de fois, j’ouvre une application juste pour 5 minutes, et voilà que deux heures m’ont été volées sans même que je ne m’en rende compte.

J’ai vu l’émergence d’Internet en France quand j’avais une dizaine d’années. Aller sur Internet était alors une activité à part entière. Cuisiner, écrire ou faire du sport par exemple ce sont des activités qui nécessitent qu’on y dédie un temps bien défini.

En 2000, on s’installait devant l’ordinateur pendant 1h puis il fallait laisser la place à un autre. On retournait lire un livre, regarder un film ou sortir rencontrer ses amis.

L’arrivée du smartphone en 2008 a engendré un véritable problème de société. Nous sommes constamment connectés. Aujourd’hui, nous avons en plus les TV connectées, les enceintes connectées et toute la maison connectée.

Internet n’est plus une activité, c’est un mode de vie. À chaque instant nous sommes joignables, bombardés de notifications, surveillés, likés… Nos connexions ont remplacé nos relations.

Nombreux sont ceux qui croient que le monde est devenu pire ces dernières années. L’information circule instantanément et c’en est devenu un business.

J’ai eu l’occasion d’écouter le mois dernier une conférence sur cassette audio de la fin des années 90. L’orateur listait les inquiétudes des Français. Voici les sujets qui nous préocuppaient il y a 25 ans : précarité, inflation, chômage, pollution et guerre en Israël… Je croyais entendre un enregistrement datant de fin 2023.

Rien de nouveau sous le soleil. Avec les smartphones nous avons une constance dans l’information. Cela donne l’impression que notre société s’est détériorée.

Pour un dirigeant d’entreprise qui travaille majoritairement dans le digital, c’est épuisant !

Il existe plein d’activités hors du tout connecté.

La vie ici-bas est bien trop courte pour que je perde chaque jour plusieurs heures sur un écran de quelques pouces.

Je veux pouvoir étudier, lire, créer, rencontrer et tellement plus encore.

J’ai mis en place plusieurs habitudes pour lutter contre ce phénomène.

Couper les notifications a été un des plus gros changements que j’ai apporté à mon rapport au téléphone. Seuls les SMS et les appels sont autorisés à me prévenir.

Même les emails ne s’avèrent au final, pas si urgents qu’ils en ont l’air.

J’ai poussé l’idée en mettant mon téléphone en mode “ne pas déranger” permanent. C’est moi qui décide quand je suis disponible pour mes clients, jamais l’inverse.

J’ai désinstallé toutes les applications de réseaux sociaux de mon smartphone.

S’il y a une catégorie d’applications qui mange ton temps et ta batterie, ce sont les réseaux sociaux. Croire qu’on risque de rater une information essentielle si elle n’est pas en permanence dans sa poche, c’est un mensonge.

Je consulte désormais les réseaux sociaux sur mon ordinateur seulement. Il s’est avéré que je n’y vais que très rarement.

Ces plateformes paraissent moins attrayantes quand elles ne sont pas consultées depuis des toilettes.

Je laisse mon téléphone dans le bureau.

Il y a 3 ans, je me suis acheté un petit réveil. C’était la seule excuse qui justifiait que je garde mon smartphone sur ma table de chevet la nuit. Ne pas avoir son téléphone dans la chambre évite qu’il soit le premier objet qu’on utilise le matin et le dernier qu’on consulte avant de s’endormir.

J’ai également décidé que sa place était dans le bureau le reste de la journée. Je n’en ai pas besoin quand je suis à table, que je passe du temps avec mes enfants ou même lorsque je me promène dans un parc.

Je reconnais qu’un smartphone apporte un confort non négligeable au quotidien. Toutefois, beaucoup de ce qu’il centralise en un seul appareil peut être remplacé par des alternatives.

Voici quelques idées :

  • Porter une montre (analogique, si possible mécanique)
  • Prendre le temps de faire des photos avec un vrai appareil et les imprimer
  • Utiliser une petite console de jeux vidéo portable rétro
  • Écouter de la musique sur un baladeur MP3, sur un vinyle et pourquoi pas sur une cassette
  • Acheter un journal au format papier
  • Utiliser le GPS de la voiture
  • Demander des renseignements et prendre le risque de faire une belle rencontre
  • Emporter un petit carnet et un stylo partout sur soi

Je n’ai pas encore trouvé la solution pour sortir définitivement de la tyrannie du smartphone.

J’ai cependant réussi à me créer une vie dans laquelle il est moins présent. Cela laisse plus de place que je ne l’imaginais pour tout le reste. C’est d’ailleurs grâce à ces changements que je peux m’investir dans l’écriture.

Et toi, quel est ton avis sur la question ? As-tu réussi à quitter complètement le smartphone, ou bien préfères-tu le confort qu’offre la technologie du 21e siècle ?

--

--

Fabien - Carrément décalé

Storyteller . Problem solver . Explorer. J'apporte ici un regard sur le monde, l'entrepreneuriat et la tech.